Posted in Bien-être

Sugar, Sugar

Sugar, Sugar Posted on 26 juin 2020Leave a comment

Je vous avais dit qu’on parlerait du sucre. Et bien, voilà, on va en parler. On en entend énormément sur le sujet, et ce n’est pas pour rien. Le sucre est notre principale source d’énergie, il est essentiel au bon fonctionnement des organes tels que les muscles mais aussi le cerveau.

Mais le sucre se présente sous bien des formes et il faut absolument les connaître pour ne pas faire n’importe quoi pour notre corps, tout en conservant le plaisir…

Je vais éviter de lister tous les noms compliqués des différents sucres, mais quand même, il est quelques éléments à connaître pour comprendre.

Circuit de la récompense

Le papilles gustatives de la langue capte le goût sucré de l’aliment et envoie un message au cerveau. Après avoir ingurgité le nectar jusqu’à l’intestin et via le système sanguin, le système nerveux de la récompense se met en marche avec la production de «  Dopamine » pour nous inciter à renouveler l’expérience.

Le circuit du sucre dans le corps :

Tout débute par la vue pour préparer notre corps à l’arrivée de notre récompense.

Puis, la bouche, mastication, salive.

L’intestin grêle, où se déroule la décomposition des aliments, permet au sucre d’aller directement dans le sang .

La circulation sanguine diffuse dans tout l’organisme le glucose contenu dans le sucre.

Les cellules sont alimentées par ce glucose ainsi que par l’oxygène. Les cellules du cerveau consomment 20% à 25% de l’énergie du corps.

Un organe très important, le Pancréas, détecte la hausse du glucose dans le sang et sécrète alors de l’insuline qui a pour but d’abaisser la glycémie et de demander au corps de stocker le glucose en trop. Ce stockage se fait dans le foie et dans les muscles sous la forme de glycogène.

Quand le foie et les muscles sont saturés, les tissus adipeux stockent le reste de glucose sous forme de graisses.

Danger

Les industriels agroalimentaires l’on bien compris, rajouter du sirop glucose-fructose dans tous les produits transformés : comme les céréales, les confitures , les soupes, les sauces, le vinaigre, les yaourts, les boissons permet de non seulement d’améliorer le goût des produits vendus, mais aussi rendre les consommateurs dépendants de leur dose de sucre…. Aucun produit n’y échappe.

Ce sucre utilisé est fabriqué principalement à partir de blé ou de maïs, bien moins cher que le saccharose extrait de la betterave ou la canne à sucre.

Entre 5% et 10% des français auraient une addiction au sucre.

Une expérience de laboratoire a démontré que des rats accoutumés à la cocaïne mais également au sucre, auxquels on ne propose qu’un seul des deux produits, choisissent à 94% la boisson sucrée. Cela montre combien le sucre modifie le circuit de la récompense. Sachant que plus nous consommons du sucre et plus notre sensibilité au sucre diminue, et notre plaisir avec…

Risques principaux :

Les artères s’encrassent, avec une augmentation du dépôt de graisse suite à un excès du sucre dans le sang.

Les tissus adipeux se développent, stocke les graisses et aboutissent à du surpoids ou de l’obésité.

Le foie s’engraisse , le sucre devient toxique pour l’organe au bout de nombreuses années, ce qui peut entraîner une cirrhose non alcoolique.

Le pancréas devient moins efficace dans la régulation de la glycémie , il va produire trop d’insuline , c’est le diabète de « type 2 ».

Conclusion :

Le sucre est essentiel au bon fonctionnement du corps, au plaisir de manger, déguster, mais il doit être le plus naturel possible, issu des aliments directement et non rajouté à outrance et sans autre intérêt que de nous faire aimer des plats « tout prêts » qui seraient insipides sans ajout de sucre (et de sel d’ailleurs) à des doses trop importantes .

Je me rappelle avoir eu des envies de « coca » très fortes à une époque où j’en buvais régulièrement, cette sensation a disparu avec l’arrêt de la consommation régulière. Il ne s’agit pas de tout s’interdire, juste de se poser la question de la quantité absorbée au quotidien afin que le « bonbon » ne se transforme pas en poison.

Questionnaire : êtes-vous plus ou moins accro aux sucres ?

  • Ressentez-vous le besoin impérieux de consommer des produits sucrés ?
  • Perdez vous parfois le contrôle sur la quantité consommée ?
  • Votre sensibilité au goût sucré diminue t’elle progressivement ? Autrement dit, devez vous vois tourner vers des aliments de plus en plus sucrés pour ressentir le même plaisir ?
  • Un sevrage brutal provoque s’il des symptômes tels que déprime passagère, instabilité émotionnelle, anxiété… ?
  • Persistez vous dans cette habitude alimentaire même si elle présente un risque pour votre santé ?
  • Votre consommation excessive suscite t’elle parfois des tensions familiales ou sociales ?
  • Éprouvez vous le désir de diminuer votre apport en Sucre ou faites vous des efforts persistants en ce sens ?
  • Continuez vous à manger des produits sucrés malgré certains dégâts physiques ou psycholologiques que cela entraîne ?

● Si vous répondez « oui » à 2 – 3 questions vous souffrez peut être d’une addiction faible.

● Si vous répondez « oui » à 4 – 5 questions vous souffrez peut être d’une addiction modérée.

● Si vous répondez « oui » à 6 et plus questions vous souffrez peut être d’une addiction sévère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.