Posted in Bien-être

Septénaires

Septénaires Posted on 21 juin 2019Leave a comment

On sait aujourd’hui que la personnalité est propre à chacun. Que nous soyons nés en Europe ou sur un autre continent, en France ou dans une autre pays, au sud ou au nord, en ville ou à la campagne. Chaque paramètre influence notre esprit et notre corps. Nous savons également que notre position dans la fratrie, notre ADN, notre éducation, notre environnement socio-culturel et professionnel créent une part importante dans ce que nous sommes.

D’autres paramètres viennent influencer notre mode de vie comme l’alimentation et l’activité ou la sédentarité.

Tout au long de notre parcours de vie, nous allons connaître différents développements. Ce parcours est décomposé par période de 7 ans, qui au bout de 5 cycles retourne à sa phase départ.

Cycle de 0 – 7 ans ( Développement corporel ) De la naissance à 7 ans, l’enfant ne va cesser de se développer « le corps, la parole, la marche etc. … » et connaître les premières socialisations. Il va découvrir le monde et percevoir les premières sensations, premier amour et vers la fin du cycle la prise de conscience du « Je ». L’Ego commence à se former.

C’est la période pendant laquelle nous devons lui apprendre les 6 émotions de base « la peur, la joie,  la tristesse, le dégoût, la colère et la surprise ». Cela lui permettra de développer sa conscience, ainsi que son intelligence émotionnelle.

Cycle de 7 – 14 ans ( Développement des compétences ) Au cours de Cette seconde période, l’enfant a appris à se défendre et à s’exprimer, il commence à afficher des comportements individualistes. Sa vie est relativement simple, il apprend, il s’intéresse au monde et ses activités sont conquérantes. Il S’identifie totalement aux parents. Début de la puberté et premier éveil de la sexualité.

C’est la période où l’enfant a besoin d’échanger,  d’être écouté et de partager.

Cycle 14 – 21 ans ( Développement mental ) De grandes transformations corporelles causent une attitude de repli sur soi. L’individu cherche à se détacher de tout ce qu’il considère comme « autorité ». Les anciennes activités sont remises en question. L’adolescent est soumis à de fortes tensions insolubles, il est incompris et il a besoin de s’écarter des règles issues de son éducation. Beaucoup de jeunes cherchent à exister à travers des exutoires comme la cigarette, l’alcool, la sexualité parfois la drogue, la délinquance et les cas les plus graves, qui aboutissent au suicide. Cette période d’incompréhension se termine vers l’âge de 17 ans. Ensuite il doit décider de ses engagements personnels, professionnels, culturels, sociaux, politique etc. …  Il peut continuer ses études, mais il doit trouver sa place dans la société. Après 18 ans le permis de conduire, nouvelle liberté.

Malgré les difficultés de communication l’adolescent a besoin d’amour, de reconnaissance et de soutien.

Cycle 21 – 28 ans ( Développement social ) L’individu devient indépendant, il a horreur qu’on se mêle de ses affaires, en particulier ses parents. Il a envie de servir et d’aider la société mais il découvre les difficultés et l’envers du décor. Il met son plan de vie en place, il se voit obligé de couper avec le passé, ses habitudes insouciantes. Il Cherche à construire son foyer, trouver un métier , se marier, et avoir des enfants. Ses choix vont être primordiaux pour la suite.

Le mariage trop tôt vers 21 ans, un emploi inintéressant, des enfants qui arrivent sans prévenir seront des épreuves à surmonter.

Cycle 28 – 35 ans ( Développement personnel ) C’est à partir de 30 ans que l’on devient réellement adulte, que l’on se sépare du passé. La plupart des expériences et des choix se sont déroulés de façon inconsciente et l’Ego est à son maximum, ce qui permet à l’individu de se fixer plusieurs objectifs à la fois « professionnel, social, familial, etc. …).  Il endosse un maximum de responsabilité et consolide le foyer avec le mariage, les enfants, la voiture et l’appartement.

Il accumule les biens matériels, qui correspondent aux trophées de sa réussite.

Nouveaux cycles décroissants

Cycle 35 – 42 ans  ( Développement personnel ) Nous voilà à la crise de la quarantaine, les difficultés sont mises en lumière, les décisions et choix des cycles précédents nous éclatent en pleine figure. Peuvent subvenir alors le divorce, le licenciement, la maladie ou bien l’accident. Ensuite il faut recommencer, reconstruire ce qui a été détruit, en s’appuyant sur l’expérience passée et en évitant bien sûr de reproduire les erreurs, au risque de tourner en rond.

Par conséquence, les cycles ne seront plus que des répétitions de mêmes erreurs.

Cycle 42 – 49 ans ( Développement social ) Nouveau départ, soit nous sommes attirés par plus de pouvoir, d’argent, de confort, de biens etc. …, soit on se lance dans une nouvelle quête, celle de l’esprit. On entame une nouvelle construction de sa personnalité avec des interrogations «  qui je suis, d’où je viens, où je vais », donner un sens à sa vie, au-delà du confort matériel.

De nouvelles rencontres surviennent , vont permettre de grandir au risque parfois de perdre nos anciennes relations en fonction de nos nouveaux centres d’intérêt.

Cycle 49 – 56 ans  ( Développement mental ) L’homme de 50 ans est très actif, il a beaucoup de connaissances et de compétences. Son expérience de vie lui donne l’image d’une personne sage. Selon l’existence parcourue, il peut se sentir déjà très vieux et attendre la retraite ( même si elle peut paraître encore bien loin ). Souvent à l’aise, il se permet d’aider ses enfants financièrement ou en  s’octroyant du temps pour garder les petits-enfants. Il veut toujours se prouver et prouver aux autres qu’il est en pleine forme, malgré tout, il comprend qu’il vieillit inlassablement.

Sa motivation professionnelle peut le pousser à la performance maximale dont il aura le plus grand mal à se détacher au moment de s’arrêter pour la  retraite ( ça peut être la fin d’un règne : la perte peut créer une telle émotion qu’elle arrive parfois à engendrer une crise cardiaque ). Au contraire, satisfait d’une vie bien remplie, il va chercher un épanouissement dans la spiritualité et l’ouverture vers les autres.

Cycle de 56 – 63 ans (Développement des compétences ) L’individu doit accepter de vieillir, son ego tend à disparaître, des regrets apparaissent sur les différents choix de vie, des problèmes de santé peuvent arriver selon l’émotion négative d’une vie qui se révèle sans intérêt. Pour d’autres, une renaissance, de nouvelles révélations, un nouvel intérêt, des nouvelles occupations.

L’heure de la retraite a sonné, il faut réorganiser son agenda et ne pas tomber dans la facilité comme la télé, la rupture des liens sociaux, l’enfermement, la solitude etc. …

Cycle 63 et plus…..

Ce cycle est le prolongement du précédent, les traits de caractère vont s’accentuer, si la mort fait peur, la personne peut se renfermer sur elle-même et devenir aigrie.

Le dynamisme de la personne est  fonction des émotions ressenties. Une personne joyeuse va être ouverte et communicative, une personne avec des émotions négatives (tristesse, peur.. ) peut se renfermer et devenir  amère.

Bien entendu chaque cycle est décomposé par un début et une fin, et comporte une évolution propre au cycle. Un léger décalage peut provoquer un chevauchement de cycle précédent ou suivant.

Il est important de connaître son parcours de vie pour ne pas reproduire les mêmes schémas. Pour comprendre, vous devez noter les détails importants de votre vie «  sous forme de CV ». Scolarité, amours, travail, mariage, naissances, logements, mais également les difficultés, les maladies, et ensuite le comparer au développement suivant.

Que peut-on tirer de cette information ?

Tout d’abord cela peut expliquer les différentes périodes de votre vie, si vous retrouvez des répétitions, des synchronicités ( conf. Le texte «hasards »)Comment les difficultés ont pu être gérées comme la maladie ( conf. Le texte « le mal à dit – santé –énergie »), les problèmes relationnels, financiers. Cela peut vous permettre également de faire du lâcher prise ( conf. Le texte « lâcher prise  ») sur des situations difficiles ou mettre en évidence votre quête infinie( conf. Le texte « le mieux une quête infinie »).

Je pense avant tout que la vie vous donne le libre arbitre et que vos choix ne doivent pas être conditionnés par vos émotions ( conf. Le texte « les émotions ») mais plutôt par votre conscience. ( conf. Le texte « la conscience – être présent »).

Exercice de méditation.

Si vous avez un choix à effectuer dans votre vie :

Installez-vous confortablement, le dos bien droit, dans un lieu calme et paisible. Fermez les yeux, détendez vous, écoutez votre respiration. Ensuite, visualisez les différentes solutions qui se présentent à  vous. Ne jugez pas et essayez d’identifier les émotions qui les accompagnent. Pour terminer, demandez à votre petite voix intérieure de vous envoyer des signes qui vous permettrons de confirmez vos choix.

En reproduisant cet exercice régulièrement vous allez avoir une meilleure perception de vos ressentis et également  une augmentation de votre état de conscience.

Autre exercice :

Prenez quelques secondes à tout moment de la journée et promenez vous dans un lieu calme et paisible, profitez pour demander à votre petite voix intérieure de vous aider à trouver la solution à votre problème «  problème qui vous concerne» et bien entendu n’oubliez pas de la remercier ( elle aime comme chacun d’entre nous la gratitude ).

C’est le début de la pleine conscience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.