Posted in Bien-être

Onde de 3 jours

Onde de 3 jours Posted on 8 mars 2019Leave a comment

Je souhaiterais vous faire partager un phénomène que j’ai pu observer à de nombreuses reprises et pour lequel je n’ai pas à ce jour trouvé de sources scientifiques ou de témoignages.

Il s’agit d’un événement que l’on va vivre trois jours après une émotion particulière, lié à une des six émotions de base. Cette information passe souvent de façon secondaire puisqu’elle est souvent oubliée. Tout le monde ressent quotidiennement une émotion négative, mais dans ce cas là, elle va être le déclencheur d’un second événement souvent amplifié, difficile à identifier puisque les événements ne sont pas liés entre eux (Conf.texte « les hasards »).

Ce phénomène que je nommerais « onde de 3 jours ».

Je veux vous éclairer à travers divers exemples rencontrés et je vous invite à me faire parvenir également vos expériences.

Le coach

Coach dans une petite salle de sport dans une zone d’activité, pour le compte d’une grande enseigne de sport. Il souhaitait  diminuer le nombre de permanence le week-end. Sa direction lui a proposé de l’affecter dans une plus grande salle en centre-ville. La proposition lui a été faite le lundi et le mercredi suivant il réceptionne  une nouvelle voiture. Il va refuser cette nouvelle affectation pour le motif suivant  «  difficulté à stationner ».
Le samedi qui suit, il se blesse au talon d’Achille, il a une élongation du tendon de la cheville droite.

J’en conclus que ce choix  l’empêche d’avancer, que l’émotion « peur » s’est manifestée par une  blessure qui survient 3 jours après l’acquisition du véhicule.

Le médecin

Je me rends chez mon médecin traitant pour un certificat médical. J’en profite pour partager ces coïncidences que j’observe quotidiennement pour avoir son avis d’experte. Je la vois étonnée et là elle m’informe que sa fille 3 ans a une gastro-entérite. Elle m’explique l’avoir grondée  3 jours plus tôt et l’enfant vexé, était parti se coucher sans souper.

J’en conclus que l’enfant a ressenti du dégoût au moment du repas que son corps a manifesté trois jours plus tard par la maladie.
Phénomène surprenant pour un enfant de 3 ans, le médecin m’a proposé de faire un point sur l’ensemble des ses patients « étude en cours ».

Le voisin

Sur mon lieu de travail, je rencontre un voisin mal en point. Il m’explique qu’il a un lumbago aigu, alors je lui demande de revenir sur les jours précédents et de m’indiquer s’il a pu ressentir une des six émotions de base « la peur, le dégoût, la colère, la tristesse, la surprise et la joie ». Il me répond sûr de lui et sceptique : « pas du tout ». Je décide donc de ne pas abandonner et d’aborder le sujet « travail », et là il m’apprend que 3 jours avant son responsable l’avait informé d’un déplacement à l’étranger pendant un mois.

J’en conclus que la douleur manifestée dans le bas du dos correspond à l’expression de l’émotion liée à la privation de liberté exigée par son employeur. En effet, symboliquement le sacrum est considéré comme le siège de nos choix et de notre direction.

Souvent, nous avons beaucoup de difficultés à revenir sur l’émotion qui est la source du problème. J’ai l’impression que notre inconscient a mis un couvercle pour oublier, mais le corps est là pour nous le rappeler.

Marie

Grosse désaccord concernant le blog entre Marie et moi. Pendant l’échange, je n’avais qu’une envie, c’était de partir. La concernant, elle ne comprenait pas pourquoi ma colère montait « elle restait stoïque et perplexe ». En rentrant chez moi, j’ai fait un gros travail sur mes émotions en espérant qu’il ne m’arrive rien.

3 jours après :

Je me suis retrouvé en retard, à cause d’une fuite à un robinet, je n’avais qu’une envie, c’était de fuir. Concernant Marie, elle a eu la bonne idée de se rendre chez un coiffeur qu’elle ne connaissait pas et qui l’a relookée à son goût. Effroi ! Il venait de lui couper la frange. Elle est sortie du salon abattue et consternée.
On retrouve très souvent des émotions semblables à l’émotion d’origine.

Le stagiaire

Un jeune stagiaire travaillant pour une entreprise d’électricité, doit faire un trou dans le mur avec un perforateur. La mèche se bloque et il reçoit la poignée dans l’oreille. Un peu de sang s’écoule avec une forte douleur «  rien de grave ». Quelques minutes plus tard, je lui demande si un événement important s’est produit récemment. Son premier souvenir correspond à son anniversaire en famille, de façon joyeuse. Je lui demande de s’interroger. De retour du repas, il m’interpelle pour me signaler que 3 jours avant, il avait reçu un coup de fil de l’auto-école pour l’informer qu’il avait raté son permis de conduire.

Il avait oublié l’événement.

j’en conclus que l’oreille par laquelle la mauvaise nouvelle lui avait été annoncée à été la cible de sa blessure et le sang correspond à la peur de ne pas y arriver ( d’où l’expression « se faire du mauvais sang”).

Une amie

Une amie entreprend des travaux dans sa maison. Elle arrive sur le chantier et s’aperçoit que la pose du revêtement de sol de la terrasse ne correspond pas à ses attentes. Elle est prise de haut par l’entrepreneur qui la menace de tout laisser tomber. Affectée, elle préfère quitter les lieux pour ne pas voir le désastre.

3 jours après, elle s’aperçoit d’une petite rougeur sur le nez, rien de bien méchant, qui semble être un bouton. Quelques jours plus tard, elle contacte son dermatologue pour un rendez-vous d’urgence, elle avait développé un staphylocoque sur la joue côté gauche.

J’en conclus qu’elle a contracté une infection suite au choc émotionnel qui l’a affectée, d’abord sur le nez puisqu’elle ne le sentait pas et ensuite côté gauche « yang ».

Bilan

Comme une vague, l’onde de 3 jours va se propager dans le temps, pour resurgir 3 jours après sous forme d’un nouvel événement, d’accident ou maladie.

Voici donc quelques faits réels parmi tant d’autres, qui arrivent quotidiennement  « hasard, coïncidence ou synchronicité ». Pour remarquer ces phénomènes, il vous faut un certain état de conscience, savoir arrêter le temps pour les observer, les comparer, se poser des questions. Je pense que les émotions négatives, lorsqu’elles surgissent, se transforment en ondes qui se répercutent  3 jours après : l’événement est modifié et transformé.

Beaucoup de gens ont du mal à revenir sur l’événement déclencheur. Soit à cause de nombreuses émotions qui s’empilent ou bien par difficulté à se livrer.
Les conséquences qui suivent l’événement déclencheur peuvent survenir de manière différente :
Nous pouvons les retrouver dans certaines maladies physiques, psychologiques, virales, etc. … Ainsi que lors d’un accident domestique, de la circulation, du travail etc. … Mais également connaître un incident sur notre environnement matériel.

Les maladies type cancer, dégénérative, etc. … peuvent être également expliquées par une cause émotionnelle, mais qui s’est inscrite dans la durée ( au-delà des « 3 jours ») et qui finit par affecter le corps. (Conf.texte « les émotions »).
Le désagrément ne touche que nous, mais dans d’autre circonstance, vous pouvez être également être la cause pour une tierce personne de l’événement de départ ou de celui reproduit trois jours après.

Comment arriver à arrêter ou bien atténuer le phénomène, pour qu’il y ait le moins de conséquences possibles. Tout simplement en prenant conscience de la synchronicité des événements, en mettant des mots sur les émotions ressenties et en pardonnant à la personne qui vous a créé du tort, tout simplement. On peut tous être le bourreau de quelqu’un à un moment donné.

N’oubliez pas que votre corps est le reflet de votre conscience  et que lorsque quelque chose ne va pas, il est là pour vous le rappeler.

Exercice de méditation.

Lorsqu’un événement négatif arrive.
Installez-vous confortablement, le dos bien droit, dans un lieu calme et paisible. Fermez les yeux, détendez vous, écoutez votre respiration. Ensuite, visualisez les différents événements qui se sont présentés et essayez de faire le lien avec des situations similaires et précédentes.

Ne jugez pas et essayez d’identifier les émotions qui les accompagnent. Pour terminer, pardonnez à la personne qui vous a fait du tort «  je sais que c’est difficile » et demandez à votre petite voix intérieure de vous envoyer des signes qui vous permettrons de vous aider à sortir de cette situation.

En reproduisant cet exercice régulièrement vous allez avoir une meilleure perception de vos ressentis et également  une augmentation de votre état de conscience.

Autre exercice :

Prenez quelques secondes à tout moment de la journée et noter vos émotions selon l’événement qui les a déclenchées,  cela peut-être utile en cas de difficultés.

C’est le début de la pleine conscience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.