Posted in Bien-être

Les émotions

Les émotions Posted on 15 février 2019Leave a comment

Être ému…se sentir vivre, éprouver toute l’humanité qui est en nous à travers des sensations si variées, si intenses.
On recherche tous cette vibration qui nous sort du quotidien, de l’habituel, dans ce monde où on est souvent blasé de tout.

Oui mais alors ? Quel est le processus émotionnel qui agite notre corps et notre esprit ? Doit-on vivre toute émotion telle quelle, au risque de la subir parfois ?

Les émotions sont des réactions à des pensées intérieures ou à des évènements extérieurs.
Leur caractère réactionnel les rend spontanées, parfois incontrôlables.
Elles s’activent instantanément et permettent de réagir immédiatement.
A l’origine, elles sont un gage de survie dans un environnement plein de dangers. Scientifiquement, une émotion mobilise en nous une énergie pour faciliter une action.
Par exemple, la peur va nous permettre de combattre, de fuir…Physiologiquement, une émotion crée un bouleversement dans le corps : sécrétion de diverses hormones, augmentation du rythme cardiaque, accélération de la respiration, augmentation de la température, les muscles du visage se contractent, le transit intestinal est modifié…

Qui sont-elles ?

Les émotions sont donc instinctives, elles s’expriment de façon identique sur le visage, quelques soient les origines culturelles et ethniques, et dès le plus jeune âge. Les six principales sont :

  • la peur
  • la joie
  • la tristesse
  • le dégoût
  • la colère
  • la surprise

Depuis l’origine de l’homme où ces émotions sont directement liées à la survie, une multitude d’émotions secondaires est née et le vocabulaire désignant nos émotions foisonne.
On connaît le mépris, la tendresse, la gratitude, l’orgueil, la sympathie, l’antipathie…

Dans cette multitude d’émotions, on dénombre tout de même plus d’émotions désagréables .
Ceci n’est pas lié à la nature pessimiste de l’homme , mais au but de notre fonctionnement émotionnel. En effet, les émotions existent pour nous informer sur un besoin non satisfait à un moment donné. Elles donnent l’alerte. Il s’agit ici des besoins fondamentaux des êtres vivants : besoins vitaux, besoin de sécurité, besoin d’appartenance, besoin de reconnaissance, et enfin, besoin de réalisation de soi.
Par exemple, un refus de priorité sur la route entrainera la colère à l’encontre de l’autre conducteur, car le besoin de sécurité (justice) n’est pas satisfait (même règles pour tous).

Vocation de l’émotion

Une émotion n’a pas vocation à s’inscrire dans la durée : elle s’exprime par une réaction physique, dont on prend conscience ou pas.
Si elle dure, parce nous ne prenons pas conscience de la cause qui l’a créée, elle peut se manifester par le corps, de façon désagréable.
En effet, l’absence de prise de conscience de nos émotions qui s’expriment à travers notre corps va créer une distorsion entre ce qu’exprime notre corps et ce dont nous avons conscience. L’émotion se retrouve en quelque sorte piégée dans notre corps.
Prenez l’exemple du conducteur de voiture, toute la journée, il va subir les agressions du quotidien qui va alimenter son phénomène de colère. S’il n’arrive pas à réduire cette émotion « à travers le sport, le sommeil réparateur, la méditation, etc… », à la moindre perturbation il risque d’exploser.

Conscience émotionnelle

La dimension de conscience émotionnelle est fondamentale.
En effet, la vie quotidienne est parsemée de situations susceptibles de générer des émotions en nous. Or, nous n’en avons pas toujours conscience.
Du plus faible niveau de conscience au plus élevé, l’être humain communique de mieux en mieux avec les autres, les comprend, interagit avec son environnement. Il s’agit de l’intelligence émotionnelle.
Il n’est plus à démontrer l’influence du mental sur le corps. Les effets du stress sur la santé sont régulièrement montrés du doigt par toutes sortes d’études médicales et scientifiques. Le stress est typiquement une réaction du corps face à un événement : il est bénéfique pour tirer le meilleur potentiel de nous même, mais lorsqu’il s’installe , perdure, il peut malmener le corps jusqu’à la maladie grave.

Il faut prendre conscience des émotions que l’on ressent afin de se libérer consciemment de la cause qui a créée cette émotion. Ainsi, on a vécu pleinement l’événement ou la pensée et ses effets sur notre corps, et cette prise de conscience libère totalement le corps de cette émotion : le corps n’a plus besoin d’essayer de nous signaler encore et encore ce que nous nions.

Les émotions positives telles la joie ne créent aucun désagrément, mais des émotions négatives dont on s’obstine à nier l’origine peuvent s’installer durablement sous la forme de ressenti , puis de douleur, parfois même de maladie, entorse, fracture. Le corps, par l’action de l’inconscient, tente désespérément de faire passer un message à notre conscience.

Cette philosophie qui unit le fonctionnement de notre corps et de notre esprit fonde la médecine orientale qui comprend, à partir de l’organe ou du membre touché, le type de cause émotionnelle qui perturbe le fonctionnement du corps par la rupture de l’équilibre énergétique . ( conf. Le texte « le mal à dit – santé –énergie »).

Mot de la fin

Soyez à l’écoute de votre corps, il est le messager de votre esprit, vous le libérerez des tensions émotionnelles en prenant conscience de tout ce qui peut vous toucher , même des choses apparemment anodines…

Just try and see.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.