Posted in Bien-être Sport

Le souffle

Le souffle Posted on 23 août 20192 Comments

Écrire sur le souffle, c’est vous parler de la Vie au sens le plus large !

Du premier souffle du nouveau-né, attendu par ses parents au bord de la rupture respiratoire, au dernier souffle agonisant ou apaisé d’une personne, l’air fait partie de nous et nous entoure.

Plus spirituel ou simplement vital, le souffle se quantifie, s’examine, se soigne, se retient, se retire, se subit…

Le souffle transporte une émotion, un état corporel ou mental, un équilibre entre notre monde intérieur et l’extérieur, les autres.

Qu’est ce que le souffle ?

D’un point de vue médical, une expulsion d’air, plus au moins forte, par la bouche, dite expiration, où le diaphragme se relâche et les muscles intercostaux sont contractés.

La pression alors exercée permet de libérer l’air que les alvéoles pulmonaires contiennent.

D’un point de vue des sciences naturelles, L’Air fait partie des 4 éléments fondamentaux de notre planète, au même titre que le Feu, la Terre et l’Eau.

Il est un gaz, une source d’énergie, de mouvement, d’échange.

En tous premiers lieux, le souffle est naturel et automatique. Nous ne pensons pas à respirer au quotidien, cette action est passive, elle s’opère en nous, à notre insu.

Tel le mouvement d’une vague, l’inspiration et l’expiration s’enchainent.

Grâce à lui, nos cellules et nos échanges gazeux, moléculaires, sanguins s’activent et interagissent pour maintenir un certain niveau d’équilibre biologique dans notre corps, pour nous permettre de faire fonctionner nos organes vitaux, notre cerveau, nos muscles…

Cependant, cette respiration est moins profonde mais génère l’activité essentielle à notre survie.

Parfois quelques problèmes ou troubles cardiaques surviennent dans la machine complexe que représente notre corps :

  • Maladies respiratoires : asthme, souffle au cœur, insuffisance cardiaque…

Le souffle peut être mesuré grâce à différents appareils (spiromètre, électrocardiogramme…). Étude parfois nécessaire pour évaluer la capacité respiratoire d’un patient.

Ces déficiences seront aggravées par un manque d’hygiène global( fumer, mal manger, inactivité ) et une prise en main médicalisée pour les soigner sera proposée.

Le pont entre ces deux modes respiratoires reste l’investissement personnel et la mise en mouvement du souffle volontairement.

En effet, c’est quand Le souffle devient engagé (souffler une bougie par exemple) et actif qu’il prend toute sa mesure, que toutes les évolutions sont alors possibles et les bénéfices d’une respiration consciente réels, propres à chacun et apparents à n’importe quel âge.

Ne surtout pas hésiter à se mettre en mouvement dans sa respiration active pour garder la santé !

A partir du moment où nous prenons conscience de notre respiration, diverses influences positives sont possibles :

  • les pratiques sportives (marches nordique ou afghanes, apnée, courses à pied, sarbacane… )
  • les pratiques ressourçantes (sophrologie, relaxation, méditation, yoga, stretching…)
  • les pratiques artistiques (chant, sculpture, danse…)

Au travers de ces quelques exemples non exhaustifs, le fait d’activer notre souffle va influer sur notre capacité respiratoire.

La rendre plus ample et l’augmenter pour un coureur, évaluer son volume respiratoire par ces 3 points importants : FCM, VMA, VO2MAX, reste essentiel.

Mesurer son souffle, son débit d’air pour programmer les entrainements personnalisés qui lui permettront de progresser en vue d’une performance
de type marathon.

Par ailleurs, c’est aussi dans cette respiration, berceau vital, que circulent nos émotions, dans ce mouvement de l’intérieur vers l’extérieur et vice versa.

Toutes émotions négatives auront une interaction sur notre respiration (avoir le souffle coupé, retenir son souffle…) et répercuteront des sensations désagréables dans notre corps. Toutes perceptions fluides remettra le calme en lui.

D’où l’intérêt de respirer en y prêtant une attention toute particulière.

Respirer en conscience, va permettre aussi de libérer notre cerveau en étant d’avantage centré sur notre corps et ainsi d’apporter plus d’équilibre et de sérénité.

L’engouement pour toutes les techniques de relaxation n’est pas anodin de nos jours, l’humain sait ce qui lui procure du mieux-être.

Il a compris qu’en respirant activement et régulièrement, tout son corps en tirait des bénéfices directs et visibles (meilleur sommeil, concentration optimisée, digestion facilitée grâce à l’auto-massage…)

N’oublions pas que la médecine chinoise s’appuie sur le souffle depuis des millénaires afin d’apporter un meilleur équilibre et une meilleure santé à l’homme.

Gardons à l’esprit aussi que si nous parvenons à maintenir un souffle calme en nous par les efforts consentis régulièrement.

Nous devons lutter contre les vents extérieurs et les diverses agitations de l’air qui nous glacent l’hiver, nous empêchent d’avancer, nous stressent, nous rendent malades…

Ne manquez pas de souffle ni d’inspiration, ne le retenez pas non plus, libérez-le et choisissez de l’activer pour en récupérer tous les bienfaits !

Un second souffle vous redonnera un air fringant et vif.

Combien d’expressions utilisons-nous où le souffle est tour à tour symbole de peine, d’inspiration, d’effort, de soutien… ?

2 comments

  1. Coucou, la respiration nous permait aussi d être dans l instant et pas dans l’instant passé ( ou l instant psychologique) ou dans le futur ( qui sera l instant plus tard). Comme d’habitude j’aime et suis agréablement surprise de tes textes. Affectueusement Nath

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.