Posted in Amour Bien-être

Le pardon

Le pardon Posted on 7 juin 2019Leave a comment

« Pardon … » , ça peut être un mot d’enfant pris en flagrant délit de bêtise, d’adulte qui se rend compte d’une faute commise , mais aussi toute la culture judéo-chrétienne qui prône le pardon divin face à toute la culpabilité de ses ouailles. 

Oui, mais au delà du fait de demander pardon, avez vous souvent accordé votre pardon, sans contrepartie, sans arrière pensée dogmatique ou éducative , ni par sens du devoir, mais simplement pour le geste … Accorder son pardon face à un être qui vous a blessé , légèrement ou très gravement comme un bourreau. Les blessures n’ont de gravité que selon ceux qu’elles touchent, donc je ne me permettrais pas ici de créer une échelle de valeur ou de comparaison.

L’important n’est pas la blessure, on suppose qu’elle existe et qu’elle agit sur votre vie, plus ou moins. 

On suppose qu’elle résulte d’une ou plusieurs personnes. 

Un enfant qui devient le souffre douleur de camarades, c’est souvent une fragilité existante de l’individu qui est mise à mal.

La soigner passe inévitablement par le pardon à ces personnes. Et souvent grâce à  l’aide de professionnels de santé qui vont l’aider à se reconstruire et à devenir plus fort pour certains. 

Il faut en prendre conscience. 

Non pas pour être une personne exemplaire qui sait pardonner ou je ne sais quoi, mais uniquement car sans cet acte de bonté, d’humanisme, d’amour, vous ne serez jamais bien. 

 La haine, la vengeance, le simple ressentiment sont des sentiments très légitimes en cas de blessures mais tellement mauvais pour celui qui les vit. la vengeance n’a pour but que d’alimenter les émotions négatives Il n’y a que le pardon qui amène l’apaisement, l’harmonie et même l’oubli. Une personne qui ne libérera pas les tensions qu’il a notamment avec un proche liées à ses émotions négatives, risque de développer des problèmes de santé.

On le confond souvent avec une forme de faiblesse, mais à tort : il faut une prise de conscience de l’intérêt à pardonner et ensuite du courage ainsi qu’une force intérieure immense pour ne pas se laisser aller aux sentiments primaires cités plus haut tels que l’envie de vengeance, de punition ou autre…

Pardonner ne signifie pas que l’acte ne doit pas être reproché voire puni par des personnes compétentes.

Pardonner peut servir à accepter que cet acte ait pu nous servir d’une façon ou d’une autre , même en passant par de la souffrance , il nous a fait évoluer . En effet, parfois l’événement nous empêche d’accomplir nos désirs, mais à y regarder de plus près, la situation a pu tourner à notre avantage de façon surprenante, comme une leçon de vie qui nous était destinée.

Un enfant qui aurait un lourd reproche envers un parent sera malheureux sa vie entière s’il ne passe pas par le pardon.

Le pardon permet d’essayer de se mettre à la place de l’autre , de tenir compte d’éléments extérieurs qui ont pu l’influencer, et se rendre compte qu’il ne souhaitait pas vous blesser, et même que vous auriez peut être agit de façon identique.

Je me permets de vous parler de ce sujet car le pardon est une attitude qui me paraît très naturelle. Pourtant, je ne suis pas de celles qui paraissent faibles, timides, effacées… simplement, je connais les valeurs en lesquelles je crois, et il me parait plus  juste de considérer l’autre comme mon égal en lui pardonnant ses écarts plutôt qu’à m’abaisser à cultiver des sentiments négatifs qui nourrissent les plus mauvais travers de l’homme. Pardonner à celui où celle qui m’a blessée m’élève vers des sentiments nobles de calme, paix, amour qui permettent de voir la vie et l’avenir sous le meilleur jour et par conséquent de se sentir bien.  Nous ne sommes pas obligés de l’annoncer à l’individu mais de pardonner avec le cœur 

Mais attention, pardonner ne signifie pas se laisser faire . 

Ça ne signifie pas non plus repartir sur les mêmes bases avec l’autre, parfois oui, parfois non. Vous êtes dans le déni ou par intérêt 

Pardonner « par-d’un-don », c’est un geste que l’on fait à soi même en réalité.

Repensez à des choses ou des personnes qui vous ont blessées, et demandez vous si vous avez pardonné. Vous vous rendrez compte que les choses pardonnées ne vous font plus souffrir et que les autres oui. 

Le pardon est intime, dans le cœur de chacun, il n’est même pas utile de le signifier à l’autre. 

Just try and see

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.