Posted in Amour Bien-être

La vieillesse

La vieillesse Posted on 13 décembre 2019Leave a comment

Le sujet de la vieillesse est un peu délicat, j’ai alors préféré mettre en scène deux personnages pour essayer de vous en faire prendre conscience.

C’est l’histoire d’une rencontre entre un enfant et une personne âgée. La scène se situe dans un parc : l’homme est assis sur un banc et un gamin vient s’asseoir à côté de lui.

L’enfant – bonjour monsieur

L’homme – bonjour gamin

Très rapidement l’enfant entame la conversation avec l’homme .

L’enfant – tu fais quoi monsieur  ?

L’homme – je regarde, j’observe…

L’enfant – tu regardes quoi ?

L’homme – tout ce qui passe devant mes yeux, mes oreilles, mon nez…

L’enfant – et pourquoi ?

L’homme – tu sais gamin, tout ce que tu veux savoir dans la vie, tu as juste besoin d’observer et tu auras toutes les réponses.

L’enfant – ah bon ! Moi j’aime poser des questions. Tu as quel âge ?

L’homme – je vais fêter mes 90 ans cette année et toi ?

L’enfant – 7ans et demi.

Tu habites où ?

L’homme – Dans un petit pavillon, qui à l’époque était en périphérie de la ville, mais avec le temps le village l’a englouti pour former une grande ville.

L’enfant – elle est à toi la maison ?

J’ai eu la chance lorsque je travaillais de pouvoir avec mes économies, construire une maison. Aujourd’hui je n’ai plus besoin de sortir d’argent payer mon loyer. J’ai également anticipé en adaptant mon logement pour qu’il soit confortable et que je puisse y rester le plus longtemps possible. Tu sais gamin, nous ne voulons surtout pas aborder le sujet du grand âge lorsque nous sommes adultes donc nous retrouvons la plupart du temps à subir les événements. Je vois mes amis ou ma famille qui se retrouvent dans des logements trop grands, mal desservis, onéreux à entretenir ou en location dans des immeubles parfois insalubres.

L’enfant – Tu habites avec quelqu’un ?

L’homme – oui avec une personne que j’ai rencontrée, il n’y a pas très longtemps, et qui n’est pas acceptée par ma famille. Tu sais, les aléas de la vie font que la moitié des gens se séparent avant de devenir vieux, sans compter les personnes qui perdent un proche. C’est important de ne pas se retrouver seul, de pouvoir échanger, partager. Peu importe la personne, l’âge ou ses origines. Nous devons conserver une vie sociale et je peux tant aider à travers mon vécu…

Mais qui m’écoute ?

L’enfant – moi je t’écoute !

L’homme – je t’en remercie. Tu t’apercevras très vite que tu peux aider beaucoup de personnes, mais très rarement ta famille. On vient te voir par obligation, par besoin. On échange des banalités, on te demande ton avis, mais personne n’en tient compte.

L’enfant – Et ça te rend triste ?

L’homme – non pas vraiment, je suis juste réaliste.

L’enfant – Qu’est-ce que tu fais la journée  ?

L’homme – le matin pour démarrer ma journée, je fais des étirements pour être le plus souple possible et ne pas avoir mal au dos. En vieillissant nos articulations se font de plus en plus rigides, donc je les assouplies. Je dors beaucoup comme un bébé avec une petite sieste d’un quart d’heure après le repas, mais il ne faut pas le dire…

L’enfant – j’aimerais rester un peu le soir devant la télé, mais maman ne veut pas. Elle ne veut pas non plus que je reste devant les écrans, et elle ne veut pas m’acheter un téléphone.

L’homme – tu remercieras ta maman plus tard, elle a bien raison. C’est très difficile pour ta maman de s’opposer à tes envies, mais tu dois lui faire confiance. Elle te protège en t’écartant de ces écrans, qui au final risquent de t’isoler, de t’empêcher de dormir ou de créer des problèmes dans ta petite tête. Même si ce sont des produits formidables.

L’enfant – Oui, mais tous mes copains en ont…

L’homme – Certes, mais tu apprendras que faire comme tout le monde n’est pas toujours la meilleure solution.

Pour revenir à mes journées, j’ai pris des habitudes depuis longtemps, hormis de petits écarts d’alimentation de temps à autre, je suis strict avec ce que je mange . Tu sais !!! Ils en parlent partout, à la télé, dans les magazines et manger c’est tellement un plaisir qu’il faut prendre son temps et apprécier.

L’enfant – moi aussi je mange beaucoup, mais j’aime pas trop les légumes.

L’homme – tu fais du sport ?

L’enfant – oui du foot, mais je suis pas très fort. A la rentrée je vais faire du tennis, j’aime bien le regarder à la télé… et toi ?

L’homme – j’ai pratiqué beaucoup de sport dans ma vie et je continue. Mais le plus important c’est de s’y tenir. C’est très bon pour la santé, pour ton petit cœur tes muscles et tes os. Tout au long de ta vie, il faudra que tu t’y tiennes. Les problèmes que l’on rencontrent aujourd’hui sont avant tout liés à la sédentarité. Tu verras un jour, les assurances de santé nous imposeront de faire du sport «  tu comprendras plus tard, je l’espère »…

L’enfant – tu travailles ?

L’homme – j’étais impatient d’arriver à la retraite et très rapidement je me suis aperçu que je n’étais pas du tout préparé. Je tournais en rond, plus personne ne m’appelait, la seule occupation était la télé en fond toute la journée. Un jour j’ai décidé de reprendre ma vie en main, et de reprogrammer mes journées. Non pas pour m’occuper, mais pour avoir une vraie vie sociale.

Et toi tu travailles ?

L’enfant – mais non ! Je vais à l’école, sauf que j’aime pas trop ça, sauf les récréations…

Tu es malade… car mon pépé est très malade et je n’ai pas le droit d’aller le voir.

L’homme – si tu n’y vas pas c’est qu’il y a une bonne raison.

La maladie… c’est un grand sujet, je pense qu’il y a beaucoup de douleurs que l’on ressent et qui sont provoquées par des inquiétudes, des peurs. « cela paraît simpliste de ma part », mais si les gens avaient le courage d’écouter leur corps, qui leur signale tout simplement les difficultés rencontrées dans leur vie, cela leur permettrait d’affronter et de faire face à leurs problèmes. Bien évidemment en changeant également leurs façons de consommer, je pense que ça irait beaucoup mieux…

L’enfant– tu as peur de mourir ?

L’homme – tout le monde a peur de mourir, nous sommes dans l’inconnu. Mais à en croire la majorité des religions, elles évoquent un paradis. Et à en croire la nature, elle a préféré la survie de l’espèce au détriment de l’individu, donc je suppose qu’il existe quelque chose. Mais il ne faut pas que nos peurs sur ce sujet prennent le dessus au risque de nous isoler et de passer à côté des bons moments de la vie.

L’homme – tu veux faire quel métier plus tard ?

L’enfant – je serai pompier ou policier.

L’homme – très nobles et beaux métiers tu sais…

Mais sache que d’ici 20 ans beaucoup de choses vont changer. L’environnement sera équivalent à aujourd’hui, si le dérèglement climatique ne modifie pas trop le climat. Mais la santé va être plus personnalisée, mieux diagnostiquée. Nos déplacements vont être plus collectifs, avec des véhicules autonomes et même des drones. L’intelligence artificielle va s’inviter partout et nous faciliter la vie. Je pense que l’on va revenir à la nature, du moins la nature va rentrer dans les villes et je ne parle pas du problème de pollution qui sera un acteur majeur dans notre quotidien. Il y a tant de choses à régler.

Mais sache une chose, la vie avant n’était pas mieux, juste différente.

L’enfant – oh, maman me fait signe.

L’homme – juste pour terminer ! Toute ta vie, tu devras affronter tes difficultés et à y regarder de plus près, tous les évènements bons ou mauvais c’est toi qui les crées. Occupe toi bien de ce petit corps qui te transporte, si tu ne veux pas que plus tard il te fasse défaut. Et le seul ingrédient à la vie c’est l’Amour, et si tu l’utilises dans tout ce que tu entreprends, alors tu rendras les événements merveilleux.

Bon chemin gamin…

L’enfant – au revoir monsieur…

Exercice de méditation.

Installez-vous confortablement, le dos bien droit dans un lieu calme paisible. Fermez les yeux, et écoutez les messages de votre corps.

En reproduisant cet exercice régulièrement vous allez avoir une meilleure perception de vos ressentis et également une augmentation de votre état de conscience.

Autre exercice :

Prenez quelques secondes à tous moments et observez les gens autours de vous et projetez vous à long terme. Cela correspond-il à l’image que vous vous faites de votre propre vieillesse ?

Que devez vous modifier aujourd’hui pour atteindre cette image ?

C’est le début de la pleine conscience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.