Posted in Bien-être

Hasards-Synchronicités

Hasards-Synchronicités Posted on 15 mars 2019Leave a comment

On a tous été confronté un jour à une coïncidence troublante, parfois cocasse qui nous fait nous demander si le hasard existe vraiment ou si au contraire rien n’arrive par hasard…

Cette question n’est pas simplement philosophique, métaphysique ou psychologique, elle est également posée par des scientifiques comme Hubert Reeves (astrophysicien), Wolfgang Pauli (prix Nobel de physique)…

Même si le sujet me passionne à travers tous les points de vue selon lesquels on peut l’aborder, je me garderais bien ici de présenter toutes les théories existantes, mais plutôt de vous suggérer à l’appui de certaines d’entre elles une vision peut–être différente des événements qui ponctuent vos vies. Pourquoi me direz-vous ? Simplement pour diminuer les angoisses, le stress, les peurs qui sont des émotions qui polluent trop souvent nos vies, notre moral, notre santé.

Le rapport entre des événements qui arrivent dans nos vies « par hasard » et notre bien-être ne saute pas aux yeux de prime abord, je vais modestement tenter de faire le lien qui vous permettra de comprendre …

Une rencontre au coin d’une rue est-elle le fruit du hasard ou d’une pensée beaucoup plus profonde.

Certaines coïncidences qui se produisent dans notre quotidien et que nous remarquons sont anodines en général. D’autres peuvent changer notre vie, être un événement déclencheur d’un nouveau chemin.
Ces coïncidences ont été appelées « synchronicités » par Carl Jung , (disciple de Freud ) qui a posé une théorie sur la question.
Selon Jung, il existerait un inconscient collectif situé dans une autre dimension hors de l’espace-temps, à la fois mémoire de l’humanité et âme de l’univers, sorte de supra-conscience cosmique à laquelle nous serions reliés par notre inconscient personnel.

Cette théorie proche de la science physique a fait grand bruit et d’autres scientifiques de tout bord se sont penchés sur le sujet : en effet, les exemples tant personnels que témoignés sont innombrables. L’esprit d’un scientifique face à des phénomènes récurrents ne peut qu’être interpelé par la recherche de l’origine et l’explication de ces phénomènes: la science traditionnelle recherche la cause d’un événement afin de l’expliquer : c’est la science causale.

La science bute toujours aujourd’hui sur l’incroyable défi pour la raison humaine que représentent les témoignages nombreux et crédibles de certains phénomènes qui par leur synchronisme étrange exigent la recherche de causes physiques, tout en ne laissant aucune possibilité d’explication causale.
Du point de vue du commun des mortels, les coïncidences les plus courantes ont été banalisées par différentes expressions comme , , ou encore .

Certaines synchronicités peuvent également être très banales comme par exemple: suite à un problème que vous aviez en tête, vous prenez au hasard et sans y penser un livre dans une librairie et vous êtes surpris d’y trouver une réponse à vos questions. ( conf. « mon physique et mon mental »).
Il semblerait toutefois que les synchronicités les plus improbables tendent à se produire dans certaines circonstances particulières de la vie où une transformation à la fois psychique et matérielle est à l’œuvre, cette situation instable pouvant conduire le sujet à changer radicalement sa vie. La synchronicité semble alors jouer un rôle de guidage dans ce processus de changement.

Il s’agit d’un phénomène difficile à contrôler et qui se prête mal à une investigation rationnelle pour permettre à la science de l’étudier dans des conditions expérimentales optimales.

Une synchronicité est donc l’émergence simultanée d’un ou plusieurs événements liés par leur sens et non par leur cause.

La pensée rationnelle ne sait d’ailleurs y répondre qu’en invoquant le hasard ou la subjectivité de l’observateur, mais cela n’explique pas la caractéristique essentielle de ces phénomènes qui provient de leur forte improbabilité. Le fait de mettre systématiquement cette improbabilité sur le compte du hasard lui-même en prétendant qu’il n’y a aucune autre explication à rechercher provient au mieux d’une méconnaissance des lois de la statistique, au pire d’une foi aveugle dans une science qui reposerait exclusivement sur la causalité. Bien qu’il soit juste et sain d’invoquer en première hypothèse le hasard face à de tels phénomènes, il devient ridicule de maintenir envers et contre tout cette hypothèse en présence de cas où elle ne résiste pas au calcul des probabilités.

En clair, c’est l’improbable qui se produit et qui nous surprend souvent et peut nous transformer profondément parfois.

Ces phénomènes tant aléatoires que complexes ont un caractère tellement insaisissable qu’il fait leur force et leur faiblesse: ils peuvent être spectaculaires, troublants, voire fascinants mais imprévisibles en l’état actuel de nos connaissances.

En définitive, peu importe que la science apporte une ou des explications sur le sujet, l’intérêt est l’ouverture à la réflexion , la curiosité, le champ des possibles.

Des phénomènes a priori inexplicables scientifiquement se produisent, ils ont une résonance particulière en nous, et bien prenons-les tels quels. Observons-les, profitons-en s’il s’agit de rencontres ou d’expériences, et laissons nous porter par le flux. Il ne s’agit pas d’être passif ou attentiste face à la vie, mais au contraire, d’être attentif à tout notre environnement qui semble susceptible de nous guider, nous éclairer par ces signes.

Porter un regard différent sur l’univers qui nous entoure peut permettre de se sentir mieux, plus en harmonie et en paix avec ce que beaucoup d’entre nous nomme le tourbillon de la vie. Cette notion de tourbillon est finalement anxiogène en ce qu’elle reflète une situation effrénée, qui entraine tout sur son passage. Prenons le temps de vivre, d’apprécier, de se dire que nous sommes les acteurs de notre vie, immergés dans un tout, et qu’en prenant conscience de ce tout, on y adhère mieux, on se fond en lui, une osmose se crée. Par exemple, pour connaître une personne, il faut commencer par la rencontrer, et bien on peut déjà commencer par soi même , puis aller à la rencontre de tout ce qui nous entoure, afin de connaître pour apprécier, se sentir en confiance.

La pratique de la méditation, de la contemplation, de la lecture , l’écoute, sont autant de sources pour aller mieux. (Conf. texte « la méditation »)

« La connaissance s’acquiert par l’expérience, tout le reste n’est que de l’information » Albert Einstein.

Just try and see.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.